Pince mi et pince moi....

10 mai 2017

Trim ou relevage, c'est toute la différence !

WP_20170405_001

Après une révision dûment méritée et l'hiver passé aux intempéries, la remise en route  du moteur après hivernage a été réalisée début  avril. Bateau resté sur la remorque comme pour une mise à l'eau avec l'embase hélice abaissée suffisamment pour que les ouïes de prise d'eau puissent être totalement immergées.  Le bateau n'étant pas assez reculé, je dois remonter légèrement l'embase afin de reculer la remorque, mais pas de réaction du "Trim". J'actionne la descente d'une impulsion, là ça fonctionne, l'embase touchant maintenant presque la rampe. J'actionne le "Trim"haut et l'embase remonte d'un centimètre puis s'immobilise ! (j'ai écrit Trim entre guillemets volontairement)

Bon! sortons le bateau, puisque je ne pouvais plus le reculer, la tôle du bajoyer, en limite de la rampe, dépassant de quelques centimètres faisait obstacle à l'embase. Arrivé sur le sol horizontal, le pied de l'embase touchait la grave y laissant un petit sillon ! L'herbe n'est plus très loin et labourer l'herbe encore humide ne sera pas trop dramatique. Seule une marche arrière sera à proscrire. Tracassé par ce problème; j'essaie à nouveau la commande. La "charrue" descend et s'enfonce dans le sol puis remonte à sa position précédente lorsque j'actionne le "Trim haut"! Le problème ne viendrait donc pas de la commande mais des capteurs de position du trim qui ont été démontés pour la révision de l'embase. Je ne sais pas pourquoi; j'ai appuyé plus fort sur la commande du"Trim haut" qui a émis un "clic", et l'embase s'est relevée !  Surpris, je renouvelle l'opération avec succès. Je replace le bateau sur la rampe et mets le moteur en route sans difficultés malgré les cylindres imbibés d'huile d'hivernage. Une fois la température atteinte,  le moteur trouve son régime de ralenti.Remise en route satisfaisnate. Après consultation d'un mécanicien présent (celui qui s"était occupé de la révision n'étant pas là), je découvre que c'est normal, que les fonctions trim et  relevage sont différenciées sur ce type d'embase ! Conclusion, le défaut de montage des capteurs a toujours existé et  la révision a permis au système de fonctionner  comme il aurait dû  depuis le début. En effet sur la commande des inscriptions (pictogrammes) laissent deviner ce fonctionnement que je n'avais pas jusqu'à ce jour remarquées. La fonction Trim agit seulement sur l'embase  entièrement abaissée et permet une variation d'inclinaison d'environ +/- 10° pour l'assiette du bateau en navigation.

WP_20170510_001 (2)

Comme chaque année, après un début de printemps bien arrosé (et en espérant que la fin ne le sera pas comme l'an dernier, provoquant les inondations), l'herbe envahit les remorques, et comme chaque année l'engin de "tonte" de Port Saintry est en panne. Il faut dire que la tondeuse auto portée, petit "tracteur", est conçue pour la tonte régulière mais pas pour le fauchage ou débroussaillage ! Me proposant de l'emprunter pour nettoyer mon emplacement (qui n'est pas en définitif nominatif), on me signale qu'il est en panne. Donc, dès le lendemain me voilà avec ma débroussailleuse électrique avec 65 m de rallonge à nettoyer mon emplacement. Si la situation ne s'améliore pas, et de toute façon comme l'emplacement me convient, je ne laisserais pas la place vide quand le bateau sera à l'eau. En effet, il sera tentant à un "coucou" d'y faire son nid en mon absence, ma remorque restant attelée au véhicule près de la berge.
L'électricité et la pompe à essence du quai n'ont pas été remis en service après les inondations de juin 2016. Pas de délai annoncé ! En attente peut-être des indemnisations des assurances (si pris en charge) ou tout simplement ne figure pas dans les priorités du port, comme l'acquisition d'un engin de fauche !

Comme chaque année, une liste de tâches pour l'entretien ou l'équipement du bateau est dressée et reprend en grande partie celles des années précédentes qui n'ont pas réalisées. La "procrastination" me diriez vous ! C'est un peu ça, mais l'urgent ou l'indispensable est réalisé. L'extention latérale du Bimini est toujours d'actualité ! (petites retombées pour protéger le pilote du soleil latéral). Le renforcement des gardes-boue de la remorque est toujours d'actualité ! ( ils servent de marche-pied mais ne sont pas prévus à cet effet !) La modification et rénovation de la sellerie est toujours d'actualité ! (une partie a déjà été réalisée : siège pilote réparé, contre-dossier banquette rendu amovible pour faciliter l'accès au moteur). J'ai enfin trouvé les deux vis cachées pour enlever la banquette. Ces vis comme celles du dossier ne seront pas remises car franchement sans grande utilité et cela permettra maintenant la dépose rapide de la banquette.

 

Posté par Mon bobato à 22:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2017

"Sal" temps pour des vacances !

mars-surface

Photo de Mars ? Hé bien oui !

J'aurais pu prendre la même photo sur l'île de Sal (Cap vert) puisque 98% de son territoire ressemble à ça ! De plus en décembre et janvier, la brume et le vent de sable nous offrent un ciel identique. A part les amateurs de surf, windsurf, kitesurf, les autres, oubliez cette île. Les amateurs de glisse pratiqueront leur discipline dans la zone la plus hospitalière, Santa-Maria à la pointe sud de l'île, ce qui n'est pas toujours le cas pour les spots. Les premiers hôtels construits à Santa-Maria sont de tailles raisonnables et ont encore un peu de charme. Depuis, le bétonnage de la côte ouest de Santa-Maria  ne cesse pas et nous propose des complexes, certes luxueux, mais pas très dépaysant voire austères ! Sal devient le "Punta Cana" de l'Afrique, mais sans la végétation des Caraïbes. De plus des projets abandonnés en cours laissent entre deux complexes achevés et en exploitation des squelettes de béton qui à mon avis resteront là encore un bout de temps.

J'ai eu un peu la même impression à Fuerteventura (Canaries), mais en comparaison c'était le paradis !

Posté par Mon bobato à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 octobre 2016

On se couche propre !

Je ne sais pas si la marmotte ou l'ours font leur toilette avant d'hiberner, mais ce fut le cas pour Deboreva2, décision prise par Eva, lors de son désarmement pour l'hivernage qui cette année, sauf contre-ordre, passera l'hiver à Port Saintry, avec un peu de chance sous un auvent, sinon aux intempéries. Pour ma part, n'ayant navigué qu'en eau douce, la saleté aurait plutôt pu le protéger ! Depuis l'installation du ventilateur solaire sur le taud, qui a considérablement assaini le cockpit de la condensation, l'effet pervers est d'avoir encrassé l'intérieur du taud. Cela s'explique par le fait que la condensation se faisait toujours un peu au lever du jour ou au changement de température sur la face intérieure de la bâche qui par la ventilation disparaissait ensuite, mais l'air ainsi circulant, loin d'être exempt de poussière, venait se fixer à la condensation encore présente, l'extérieur du taud en revanche étant plus ou moins nettoyé par les fortes pluies. On testa aussi un "polish" sur une petite partie de la coque, mais l'usage d'une lustreuse sera indispensable si l'on veut pas y passer 8 jours ! Nettoyage de la cale moteur qu'il faudra rapidement assécher à 100% avec une  pompe manuelle et une éponge, un résidu d'au moins 1 litre stagnant dû à la crépine et au désamorçage de la pompe de cale. Une rénovation partielle de la banquette arrière déchirée au niveau d'une couture sera à prévoir, servant de marche-pied, elle n'a pas résisté comme ce fut le cas d'un fauteuil la saison dernière qui lui en revanche avait rompu ! il faudra trouver une astuce pour rendre plus déformable le revêtement. Sans doute enlever les agraffes et les remplacer par des" élastiques"!

armement marin

Après avoir vidé il y a quelques temps la soute avant de l'armement marin,( photo ci-contre) il faudra trouver encore une fois de la place au garage pour y stocker les planches de wake, une paire de ski, la bouée, les brassières de sécurité, les paloniers avec leur corde et les gilets. Les 3 wakes délestés de leurs chausses et ailerons ne prennent pas beaucoup de place. Les gilets sont suspendus sur des cintres avec les combinaisons. Une partie du garage ressemble de plus en plus à un local de club de sports nautiques !

combines

Sous les planches à voiles servant d'étagères aux sacs à voiles et maintenant aux skis et wakes, sont suspendus les combinaisons,  les gilets, enfants,  adultes hommes et femmes , 2 à 4 modèles par catégorie plus les accessoires !

De plus à Saintry le bateau sera sur place pour une bonne révision ; vidange moteur, embase, sans doute pompe à eau d'embase ( ce n'est pas l'aube qui est usée mais une petite pièce qui s'use (constat fait en 2013), donc il faudra quand même déposer l'embase, et sans doute l'ensemble de propulsion si on doit changer les soufflets qui ont maintenant 8 ans ! Il est préconisé de les vérifier même de les changer tous les trois ans ! C'est sûr, pour un bateau qui s'éloigne de la côte ou qui reste ensuite à flots, une voie d'eau est toujours possible par un soufflet défectueux, et la pompe de cale risque de ne pas suivre !

 

Posté par Mon bobato à 20:47 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 octobre 2016

De fil en aiguille ou de fil en...sans fil !

 Je vous ferai grâce du GSM en location avec votre voiture à l'aéroport, appareil de 30 cm et pesant son bon kilo, fin des années 80, pour faire un bond de ... 4 ans, début des années 90, pour comprendre comment, comme des centaines de millions d'individus, je ne peux plus me passer de mon téléphone portable !

MOTOROLA 5200 Voici mon premier portable, le Motorola 5200, nouvelle  génération de téléphone que l'on pouvait maintenant facilement glisser dans sa poche, mais que l'on exhibait sur la table du restaurant, sans craindre de déranger, le mode silencieux ou vibreur n'éxistait pas encore, mais les appels se faisaient très rares ! Pas question aussi de mini, micro SIM, la carte SIM était de la taille d'une carte de crédit qui était introduite comme dans un terminal de paiement. L'avantage de ce format était d'utiliser cette carte avec d'autres téléphones, celui de la voiture par exemple. Les forfaits téléphoniques qui ont fleuri par la suite n'existaient pas encore, et au prix de l'abonnement mensuel, venaient s'ajouter vos communications. Vous l'avez bien compris ce téléphone était  un outil de communication d'urgence.  J'avais choisi SFR, faute de concurrents. Je l'ai constaté plus tard quand France Télécom a enfin mis son réseau en service que SFR avait une couverture marine cotière que n'avait pas ITINERIS.

 

 

 

BorneBibop

France Télécom qui avait obtenu sa licence deux ans plus tôt n'avait toujours pas son réseau ! Il faut dire qu'elle avait parié sur son Bi-Bop qui était en plein déploiement. Le Bi-Bop fut aux téléphones portables ce que fut le Minitel à l'Internet ! Un flop ! Il était plus proche de votre téléphone sans fil type DECT qu' aux premières générations de GSM. C'était un téléphone urbain, les zones de couvertures étaient repérées par l'auto-collant appliqué sur les poteaux ou réverbères (photo ci-contre).  De plus au début on ne pouvait qu'appeler mais pas recevoir d'appels !

 

 

 

MOTOROLA 8200

Je l'ai remplacé deux ans plus tard par le Motorola 8200, plus léger et équipé d'un vibreur, qui était devenu indispensable, les appels devenant  de plus en plus fréquents et permettait la discrétion quand vous étiez en réunion !

En 1997, les offres de forfaits proposant, moyennant un engagement de 24 mois, la fourniture d'un nouveau téléphone pour un prix dérisoire, je choisis cette fois ci , toujours un Motorola , le STARTAC, encore plus petit, et ce fut ITINERIS, réseau GSM de France Télécom et  ancêtre d'ORANGE qui fut l'élu. J'avais remarqué en revanche que sur les pistes de ski, SFR manquait cruellement de couverture !

 

 

 

 Motorola SARTAC

 

Les batteries à l'époque n'étaient pas intégrées, mais clipsables afin d'en changer facilement quand elles arrivaient en fin d'autonomie. Il  était préférable de ne les recharger que lorsque leur autonomie arrivait à la fin, car de technologie Ni-Cad ou Ni-Mh, elles avaient un inconvénient dit "effet mémoire". Il était nécessaire d'avoir une batterie de secours dans sa poche. La technologie au lithium (Li-ion) à fait son apparition. Dans un premier temps aussi volumineuses, mais beaucoup plus légères. On s'en rend compte sur la photo du STARTAC ci-contre (partie supérieure du clapet) qui est équipé soit d'une batterie Ni-Mg grande capacité soit d'une Lithium.(sur-épaisseur par rapport au clapet). Maintenant plus d'effet mémoire, vous pouvez recharger votre téléphone quand bon vous semble (utile) !

 

 

 

PDA HP

Entre temps les "PDA" (Personal Digital  Assistant) ou "Organiser" tel que le Palm firent leur apparition. Je fis l'acquisition d'un HP qui utilisait  Windows CE, véritable petit PC, plus adapté à mon quotidien. Un module appareil photo, ou GPS en autres , en option pouvait s'adapter. Sagem sortit le sien  avec la fonction de téléphone (ou l'inverse). Il ne manquait plus que l'appareil photo et la boucle était bouclée ! Je m'imaginais bien que c'était près à voir le jour, mais pas qu' Apple dégainerait le premier avec son Iphone ! J'ai ajouté sur mon HP une carte mémoire de 32 MO (mille fois moins que les Smartphone actuels) pour y stocker au moins 10 morceaux de musique chargés à partir d'un CD via un PC  ou  de disques vinyles que j'avais numérisés. Le gros défaut de ce PDA, écran couleur, c'est qu'il était illisible en plein jour ! Pour la musique il fut vite remplacé par l'Ipod d'Apple sorti bien avant l'Iphone, disposant d'un mini disque dur (seule mémoire de masse à l'époque) et sur lequel on pouvait enregistrer plus de 1000 morceaux !

 

 

 

8800

Maintenant la carte SIM format carte de crédit a disparu des téléphones (bien qu'elle soit toujours livrée prédécoupée dans ce format), les écrans des téléphones sont en couleur et l'appareil photo y est intégré. On ne parle pas encore de Smartphone !

Le réseau GSM haut débit EDGE fait son apparition ( pas encore la 3G) et de nouveaux services sont proposés aux abonnés. Les MMS ( messages + documents (souvent des photos prises avec le téléphone), ainsi que la possibilité de communiquer en voyant son correspondant si ce dernier était équipé d'un téléphone équivalent. Les appels anonymes n'utilisaient pas cette fonction évidemment, ou alors avec le port d'un masque !
En 2004, mon choix se porte sur le Motorola V220. Encore un Motorola me diriez-vous ! De formation électronicien, j'étais formaté aux marques de composants utilisées en électronique ; Motorola, HP, Texas, Intel, etc. Cela n'est pas très objectif, je vous l'accorde, car développer des composants fussent-ils à très haute intégration, n'a pas la même vocation  que d'imaginer un produit  faisant appel à l'ergonomie et au marketing !
Vite en panne ( micro) j'ai dû utiliser le kit "mains libres" pour téléphoner. "Mains libres", pas franchement, la main gauche pour tenir l'appareil et la main droite pour maintenir l'oreillette !
A ce moment, je me suis décidé enfin à demander la fourniture d'un téléphone à l'entreprise. La société travaillant principalement pour l'Etat, m'attribua un Sagem de fabrication "française" évidemment.  Ce fut un modèle très basique !

J - 100, l'Iphone est annoncé en France (ceci est une révolution)! Nous sommes en 2007. Beaucoup d'entre nous avaient découvert le "Blackberry" entre-temps. Le réseau 3G n'est pas encore  opérationnel,  donc l'Iphone sera en EDGE. Bonne opportunité pour Apple de rendre accros ses utilisateurs qui ne manqueront pas d'en changer dès que la 3G sera opérationnelle . L'exclusivité de la vente des Iphones à été attribuée à Orange à l'époque. L'ère des "smartphones" a débuté !
Pour la petite histoire, l'étude et la fabrication de la majorité des composants spécialisés de cet Iphone ont été confiées à un certain Coréen Samsung. Que pouvait craindre Apple d'un fabriquant de télés et de frigos ?

 

HTC

Pour ma part, ne voulant pas investir tout de suite dans ce "gadget", j'ai opté pour le petit HTC ( photo ci-contre), utilisant l'OS windows CE comme sur mon PDA HP. Gros défaut, il se "plantait" souvent, donc oublions la fonction réveil dans un premier temps. Ensuite le "ton téléphone est éteint, je n'arrive pas à te joindre" - " non il s'est planté". Peu fiable, je l'ai abandonné. Les nouvelles générations de HTC ont dû être plus fiables car préférées à l'Iphone par les "scientifiques" !

La Wifi et le Bluetooth sont désormais installés d'office sur les smartphones qui peuvent aujourd'hui communiquer avec de nombreux objets connectés. Le téléphone de voiture intégré  a disparu , car l'ordinateur de bord gére votre téléphone via le "Bluetooth"

 

 

 

SAGEM 519

En attendant (expression, car je n'attendais rien en particulier), visite à la boutique Orange du coin pour y choisir un téléphone. Avec mes points cumulés, j'en suis ressorti avec le Sagem 519, presque un smartphone ! Mes proches me reprochèrent ensuite la rareté de mes messages SMS ou MMS ou leur brièveté. Je n'avais plus de clavier "azerty" et malgré l'écriture intuitive je n'ai jamais eu la dextérité des ados !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IPHONE 3

Pour mon départ à la retraire, mes collègues m'offrirent l'Iphone 3GS. Chaque année un nouvel I-phone voit le jour ainsi que des tablettes. Très vite  j'oublie mon PC au profit de l'Iphone pour consulter mes mails, la météo, Google earth, etc. Très vite j'oublie aussi les mises à jours de l'OS ! Très vite je me suis fait avoir sur des applications gratuites, qui après leur mise à jour (non obligatoire)  devenaient payantes ou l'OS était incompatible. En retard de 4 versions d'OS, je décide de sa mise à jour par  "I-tune" installé sur mon PC. Peut-être installé sur un Mac-book cela se serait mieux passé ! Après plusieurs tentatives, le serveur I-tune n'a jamais voulu  se connecter au téléphone ou tout du moins télécharger la dernière version admissible par le 3GS. Un peu énervé, je fais une fausse manip. et efface pour 400 € de musiques téléchargées, aussi bien sur le téléphone que  sur le répertoire de musiques du PC. Je ne m'en suis pas aperçu tout de suite, ayant fait la manip. la veille d'un départ en vacances. A l'aéroport je me rends compte que j'avais oublié mon casque audio, alors je m'en procure un autre dans une boutique. C'est une fois allongé sur mon transat que je découvre mon répertoire vide et donc l'achat d'un nouveau casque sans utilité ! Je pourrais toujours  récupérer les musiques gratuitement une à une, mais faudrait-il encore que je me souvienne des titres et des versions !

 

 

NOKIA LUMIA

Je confirme, Orange n'a pas amélioré sa couverture marine. En navigation sur la Côte d'Azur avec mon ami Jacques sur son catamaran, j'y passe 3 à 4 jours. Autant le port d'embarquement est défini 24 à 36 h à l'avance ce qui me laisse le temps de prendre mon billet de TVG. autant le port de débarquement n'est pas défini et il faudra réserver mon retour à bord. Là "Voyage SNCF.com" comme tout site qui nécessite la 3G n'est pas accessible avec mon opérateur Orange. Par chance Jacques a toujours depuis le début son abonnement SFR avec un N° 06 09 xx xx... comme j'avais à l'époque. On reconnait aussi les abonnés historiques  d'Orange, à l'origine Itinéris par leur N° 06 07 xx xx ....
De retour je suis en quête d'une solution "double opérateur" donc double SIM. A ma grande surprise j'en trouve en entrée de gamme au prix très raisonnable : un Nokia Lumia 630.  Un petit tour chez SFR pour reprendre un abonnement, évidemment je ne peux pas récupérer mon N° de 1993 ! L'abonnement pour la première année est très intéressant, puis devient "classique" les années suivantes. Toujours est-il que je ne me sers pratiquement pas du SFR, sauf par erreur !. Sans doute vais-je devoir soit l'annuler soit prendre une formule "light" en guise de secours. Ce Nokia utilise Windows phone, version améliorée du Windows CE ! Bon les applications proposées n'arrivent pas à la hauteur de ceux de iOS ou d' Androïd. De plus ce téléphone,  entrée de gamme, bien que double SIM, n'a pas de GPS et d'accéléromètre, donc certaines applications disponibles telle que la boussole, ne sont pas opérantes bien que téléchargées.

 

 

ASUS Zenfone

Ayant fait l'acquisition d'une Montre "connectée" GARMIN Quatix3 spéciale navigation, haut de gamme dans sa catégorie, je n'ai pas pu télécharger sur mon Nokia l'application "Connect" de chez Garmin.
Alors re- belote, acquisition d'un nouveau Smartphone "évolué" double SIM sous Androïd, un ASUS Zenfone, pour un budget encore très raisonnable d'un look plutôt bien réussi, ressemblant un peu aux Samsung, vous vous souvenez, le fabriquant de frigos !

En conclusion, je ne fus pas un gros consommateur de téléphones (10 en 25 ans) comme certains (je devrais dire certaines) de mon entourage !

Allo quoi !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par Mon bobato à 20:17 - Commentaires [1] - Permalien [#]
25 septembre 2016

Deviendrait-on frileu(x)(se) ?

saintry 24-09-16-1

Samedi 24 septembre, clôture de la saison à ne pas rater pour Eva ! C'est vrai, belle journée annoncée. Je me méfie toujours de ces beaux W.E de fin septembre, par la fréquentation massive et de plus, journée exposition à Port Saintry. Voyant l'affluence à la cale de mise à l'eau principale et l'impossibilité de garer ensuite le véhicule et sa remorque en moins d'un quart d'heure, je tente, et c'est une première, l'utilisation de l'autre cale, peu utilisée et dépourvue de ponton. Donc une fois le bateau à l'eau,  il faut l'amarrer un peu plus loin, si place il y a, le temps de ranger le véhicule et sa remorque. Cette cale de pente moins abrupte, peut être un avantage avec une remorque "américaine" dépourvue de freins et qui peut être immergée beaucoup plus qu'une remorque routière. Afin de placer  correctement ma remorque, par la faible pente, les roues arrières du véhicule arrivaient presque au bord de l'eau, donc j'avais les pieds dans l'eau pour manoeuvrer le treuil quand des vagues arrivaient ! Je n'avais pas pour autant retiré mes mocassins ! Vu le peu de profondeur, on évita d'abaisser l'embase d'helice et à l'aide des amarres assez longues on traîna le bateau jusqu'au ponton latéral et l'amarra le temps de ranger la remorque à sa place et le Land Rover dans un "champ" d'orties, seule place laissée disponible !
Une fois tout le monde à bord, Béatrice, [ qui c'est jointe à nous pour deux raisons, la première (ce n'est pas un ordre de priorité) pour rester deux à bord l'orsque Eva ride, et la seconde pour profiter de cette belle journée ] Eva, Eden et moi, nous larguons l'amarre arrière pour écarter la poupe du ponton afin de récupérer un peu de profondeur sous l'hélice, puis l'amarre avant et nous voilà partis !

saintry 24-09-16-6

saintry 24-09-16-2

Plan d'eau un peu agité par la fréquentation, Eva ne s'adonnera au wake qu'une petite vingtaine de minutes. Ensuite, comme de "non" coutume , on a poursuivi en promenade détente, en alternant vitesse et allure "au pas" avec musique ! Chacun trouva sa place à bord.

Le problème rencontré à la mise à l'eau, évidemment se renouvela  pour la sortie. Exercice en sens inverse mais plus délicat car chahuté par un bateau qui pratiquait le wake-surf générateur d'une grosse vague !

"Clôture de saison", il est vrai que les cagoules , gants et chaussons isothermes que j'avais achetés il y a deux ans , on ne s'en était pas servi la saison dernière ! Alors frileux maintenant ?  Dommage car le plan d'eau est beaucoup plus calme et on remplace dans le sac isotherme les boissons fraîches par des boissons chaudes  !

Posté par Mon bobato à 18:51 - Commentaires [2] - Permalien [#]

16 septembre 2016

Ca m'a taraudé !!

01010098

La Mini Cooper sur la photo ci-contre (2004) âgée d'un an a soufflé cette année ses 13 bougies, je devrais dire 14 bougies ! En effet, mise à la disposition de Déborah depuis 4 ans , et garée depuis 6 mois au deuxième sous-sol de son nouveau domicile, un matin au démarrage  elle a "soufflé" une bougie, c'est à dire  qui a été éjectée de son logement arrachant au passage le filetage de la culasse. Je me m'attarderais pas sur la cause de cette panne qui est courante par le manque de professionnalisme de certains "mécanos" qui remontent les bougies sans les  graisser et les serrent  de trop, dépassant le couple de serrage préconisé. Celui qui a vu un mécano utiliser une clé dynamométrique pour cette opération me le dise, sans doute en aviation ! (je m'y suis tout compte fait attardé ...)
Pour moi, immédiatement, vu son âge, la réparation n'était pas envisageable.Il faudra de toute façon sortir  le véhicule de ce deuxième sous sol, soit la faire rouler sur trois cylindre, soit la tracter avec le Land Rover, moyennant quelques manoeuvres puis la mettre sur un plateau direction la casse !
Après une recherche sur le Web pour vérifier par curiosité la fréquence de cette panne en général, je découvre que l'on peut toutefois réaliser la réparation sans aucun démontage en prenant certaines précautions.

Un kit de réparation est donc commandé (photo ci-contre) composé d'un taraud et de bagues d'adaptation, selon le type de bougies, pour reconstruire le taraudage.  Le terme  "reconstruire" est plus employé en chirurgie qu'en mécanique !

Kit réparation filetages de bougies - M14 x 1_25 toolatelier ___Le problème, c'est que  cet outil conviendrait sans doute sur une culasse déposée, mais sur la Mini comme sur beaucoup de voitures les bougies sont accessibles au fond d'un puits et la clé correspondant à la tête du taraud ne passe pas. Retour à la case départ !
Une nouvelle recherche sur le web et je trouve un autre outil  (que j'aurais pu trouver la première fois) qui me parait plus approprié et plus sophistiqué et me rassure sur l'éventuel succès de l'opération (encore un terme médical, mais comme j'avais revêtu une blouse blanche, c'est justifié ! ) En effet la tête est compatible avec la clé à bougies !  Il est composé en trois parties, alésoir, pré-taraud et taraud final. (voir photo ref :2114)

Intervention réussie, qui n'a duré que 30 minutes !

Quel sort est réservé à la Mini ? Il faut avouer qu'avant cet incident, la voiture cumulait quelques problèmes techniques, qui d'ailleurs ne l'ont pas disqualifiée pour autant au contrôle technique récent :
 - La climatisation, en panne depuis plusieurs années ! c'est peut-être pas grand chose (capteur), ou plus grave !.
- Une fuite du liquide de refroidissement localisée au niveau du radiateur, colmatée provisoirement avec un produit adéquate.
- Le pot d'échappement en fin de vie,

- la boite de vitesses automatique qui réagissait bizarrement, mais après l 'avoir utilisée en mode "manuel" en poussant les régimes qu'elle ne connaissait plus , a retrouvé ses repères  et semble maintenant fonctionner correctement.
- la carrosserie, quelques petites éraflures, mais deux  beaux chocs qui seront sans doute réparés.

Comme cette voiture est encore bien cotée et recherchée ( quelque soit son état), la destination "casse" que j'avais imaginée, n'est plus d'actualité, reste à mesurer l'intérêt des réparations à effectuer pour la vendre. J'avais oublié de vous dire que cette histoire de bougie fut la goutte d'eau pour Déborah qui s'était mis en quête d'acquérir une voiture à son nom. Évidemment les voitures " féminines" à la mode type Fiat 500 sont surcotées et pour le même budget elle a préféré une Smart plus récente !

C__Data_Users_DefApps_AppData_INTERNETEXPLORER_Temp_Saved Images_246-2114_large-main

 

 

 

 

 

Posté par Mon bobato à 21:07 - Commentaires [5] - Permalien [#]
16 août 2016

Le "marchand de sable va passer"

A trier 005" Bonne nuit les petits", les moins de cinquante ans ne peuvent pas connaître, le marchand de sable va passer, et les enfants vont pouvoir faire de beaux rêves (Nounours, Nicolas et Pimprenelle). Dimanche soir, pas besoin pour les endormir de chanter une berceuse, ni d'un saupoudrage de sable doré pour Bjorn et Jurgen après leur reprise en wakeboard de l'après-midi ! La raison des parents l'emporta sur la passion des enfants, car le "encore un dernier tour" a été prononcé plus d'une fois par nos chérubins ! 
  En revanche, il a fallu le lendemain, trois sacs de sable de 35 Kg pour que le bateau arrive à "piquer du nez", qui n'est pas cette fois-ci une métaphore ! En effet, après que les enfants aient bien voulu céder leur place à leur père, qui lui aussi faisait enfin sa reprise de l'année avec 2 mois de retard,  et à peine son échauffement terminé, ce que j'appréhendais (chaque saison, et en particulier cette année après la crue de la fin du printemps) est arrivé : collision avec un morceau de bois. Le choc, apparemment n'a pas été très violent, mais le verdict est tombé une minute plus tard. A la sortie du virage, je ralentis pour croiser mon sillage, et à la remise des gaz, le bateau se cabre, comme un chalutier dont le chalut avait accroché le fond ! Tout de suite je pense à une voie d'eau dans le compartiment moteur puis après vérification, à un intrus coincé dans l'embase empêchant l'action du trim. Le bateau sorti, je constate l'absence du foil (équipement au dessus de l'hélice sur la photo), mais si cet équipement améliorait considérablement le déjaugeage, son absence ne l'empêcherait pas, car à l'origine, il n'y an avait pas. Donc le foil a été arraché par le choc. Je vérifie l'amplitude de l'embase qui semble descendre suffisamment. Bon, l'intrus a dû se détacher à la sortie du bateau en relevant l'embase. L'hélice présente une trace sans gravité !
  Remise à l'eau pour continuer notre session, mais impossible au bateau de déjauger ! Le nez en l'air comme un insolent ! Réfléchissons ! Perte de puissance, la suite démontrera que non.  
Christophe et Rachel viennent se placer à l'avant pour le lester. Miracle le bateau déjauge, et on peut ainsi tester le moteur qui n'avait pas perdu de puissance, et verifier l'absence de vibrations (disons anormales) !  
  Il y a bien une explication quand même ! Eh bien oui ! D'une part, j'avais enfin vidé la soute avant de l'armement marin et conservé que celui de rivière, ce qui délesta l'avant de près de 50 Kg, et d'autre part, grâce au foil et aux flaps, on avait pris l'habitude de s'installer à l'arrière. 

  Remède en attendant le nouveau foil : 3 sacs de sable dans la soute avant ! (105 kg)

Pour la petite histoire, ce modèle de bateau ne fut construit qu' un an (2007/2008) et abandonné, sans doute à cause de ses gros défauts : trop "trapus". Il méritait un mètre de plus en longueur par rapport aux autres dimensions et au poids du moteur.  Déjà il serait plus logeable, il déjaugerait mieux et  plus manoeuvrable à petite vitesse. Là, à moins de 10km/h (6 noeuds), impossible de garder sa trajectoire, ce qui est un handicap , à l'approche du ponton ou dans une écluse !  Les anciens propriétaires  connaissant  le problème se sont bien gardés de me l'annoncer et se sont placés à l'avant pendant que je l' essayais, sinon vu qu'ils se nourrissaient bien, le bateau n'aurait pas pu déjauger, mais ça je l'ai découvert qu'après.
 

 

Posté par Mon bobato à 10:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 juin 2016

Jour "J"

saintry 25-06-16 -1

Encore 80 cm d'eau en trop, mais on fera avec. Quoique ce ne soit pas la hauteur qui est gênante, le fort courant encore présent nous fait un peu hésiter. De plus avec la pluie orageuse locale d'hier et les fortes pluies annoncées aujourd'hui en bassin amont de la Seine ne nous rassurent pas.

Aujourd'hui , baisse des températures d'au moins 10 degrés par rapport à la journée d'hier. Nuages et éclaircies au programme. Au soleil, ben, il fait chaud (solstice d'été), sous les nuages, ben, il fait froid !

Le Land Rover n'ayant pas été réparé (pas de créneau dans mon emploi du temps), j'ai vérifié la solidité (relative) de l'attelage qui par le choc avait plié les longerons du châssis. A l'aide d'un cric hydraulique, je soulève le véhicule en prenant appui au niveau du longeron plié. Ca ne bouge pas ! Dans tous les cas l'effort sur l'attelage sera moindre. Donc, en route pour emmener Deboreva 2 à Saintry en passant par la station service, type "grande surface" qui n'est pas vraiment faite pour recevoir des véhicules avec une remorque. Bon, quelques manoeuvres  plus tard, j'ai pu faire le plein du bateau (la pompe du port, vous l'aviez compris étant HS) et vérifier la pression des pneus du véhicule et de sa remorque. Un arrêt à mi chemin, pour vérifier que rien avait bougé, et nous voici de retour au port après.... 8 mois d'absence ! Hé oui, les hivers sont longs !

saintry 25-06-16 -2

On me prévient  en arrivant au port (nous nous vîmes 5000 mille...) que la rampe de mise à l'eau n'ayant pas été nettoyée était glissante . Bon, le programme d'aujourd'hui était, d'une, ammener le bateau, de deux,   remonter la tour de wake et le bimini, de trois, nettoyer et lustrer la coque, et de quatre, la remise en route du moteur, sachant que les conditions pour une promenade sur l'eau voire rider n'étaient pas réunies. A part le lustrage de la coque qui nécessitait une prise de courant à proximité qui par la crue était hors service, le reste a pu être réalisé. Eva m'avait rejoint pour le remontage de la tour que j'avais commencé à assembler. Avant d'approcher la remorque de l'eau, je vérifie l'état de la rampe. Le dépôt d'alluvions est sec et donc pas très glissant.  En revanche, la partie immergée de la rampe est recouverte de quelques centimètres d'alluvions, les pneus de la remorque s'y enfonçèrent de moitié. L'embase est abaissée afin d'immerger les ouies d'entrée d'eau du refroidissement du moteur.  Le temps que l'essence remplisse le circuit qui s'était désamorcé (filtre , pompe, etc, ), au bout de quelques coups de démarreur, le moteur finit par s'élancer. Le bateau resté sur sa remorque , je peux ainsi vérifier le circuit de refroidissement, l'eau étant rejetée sous la ligne de flottaison. J'attend que le régime accéléré (stater automatique) passe en mode ralenti, une fois la température atteinte. Tout est Ok ! C'est tout pour aujourd'hui, on ramène le bateau à sa place, et avec Eva nous allons déjeuner.

Pour la petite histoire, la saison ayant très mal commencé, accident du Land Rover, Intempéries, inondations..., que je n'ai même pas pensé à préparer le sac "boissons" et à acheter ma vignette VNF pour naviguer !

Posté par Mon bobato à 16:52 - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juin 2016

J - ? ou peut-être M - ? !

inondations SaintryVendredi, 03 juin. Comme chaque année, j'annonce le compte à rebours pour le début de la saison de wake. Cette année, je ne peux pas me prononcer (J- ?). La décrue s'annonce longue, les sols imbibés rejetteront leur eau lentement. Ensuite il faudra nettoyer  (dépôts d'alluvions) et tout ce qui a été charrié par la crue. Le terrain restera longtemps impraticable.

Le bateau qui devait être déjà à Port Saintry depuis la semaine dernière, mais par l'accident du Land Rover, est resté à Buc, y restera encore un peu, en attendant que les conditions s'améliorent, et sans doute la réparation du véhicule. Nous y verrons plus clair dans 15 jours, date officielle de l'ouverture de la saison.

En temps normal, il n'était pas rare de croiser et d'éviter des billots de bois semi-émergés descendant le cours du fleuve. Cette fois ci, ils seront plus nombreux, accompagnés de nombreux objets ( mobilier de jardin par ex.)  invisibles car presque totalement immergés !

Le bateau , au premier plan malgré les apparences est  au "sec" posé sur des bers ! Près du pylône, la pompe à carburant a disparu sous un mètre d'eau. J'ai perdu mon pari avec Eva. J'avais imaginé l'eau arrivant seulement à la mi-hauteur de la pompe.

saintry 09-06-16 (3)

Jeudi, 09 juin. Bonne surprise, à la décrue le terrain n'est pas resté détrempé comme je l'avais imaginé ! Ci-contre la photo prise aujourdh'ui.  (seule journée de soleil depuis....) Le bateau au premier plan a retrouvé le plancher des vaches. Le niveau de la Seine est encore un mètre au dessus de la normale. Le ponton de mise à l'eau est recouvert de 20 cm d'eau, alors qu'il devrait se trouver entre 50 et 80 cm au dessus de l'eau quand la seine est régulée "haute". Le bief est toujours fermé à la navigation. Normalement Deboreva 2, y retrouvera ses quartiers d'été dès le week-end prochain ! (18/06)

.....Prochaine grande crue prévue aux alentours de 2115.... ??

Jeudi, 16 juin. Comme je le soupçonnais, et cette fois je ne me suis pas trompé, après la bonne surprise de la semaine dernière, les pluies incessantes de cette semaine ont entraîné la remontée des eaux ! (2 m au dessus de la normale) Et je pense que ce n'est pas fini avec la pluie d'aujourd'hui. Ci dessous la photo prise cette après-midi montrant notre "Zouave" (la pompe à carburants) les pieds dans l'eau ! La mise à l'eau de ce week -end est donc reportée à une date ultérieure  !

crue 16-06-16

Posté par Mon bobato à 16:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 avril 2016

Cellule de luxe pour VIP !

Une histoire de diamants qui a mal tourné. Malgré les instructions, la consciencieuse femme de ménage, d'un coup de chiffon je suppose,  arrache  le  diamant de la cellule de la platine vinyle du salon. C'est la troisième fois que je change cette cellule qui est malheureusement vulnérable  aujourd'hui,   n'attirant  plus  tellement  l'attention,  ne faisant plus partie du quotidien ! Elle n'est  pas montée sur un porte-cellule débrochable comme sur mon autre platine DJ en valise. En consultant le site sur lequel j'avais acheté la platine et donc plusieurs cellules, je découvre tous les modèles de cellules proposés dont le prix varie de 25 € à 9990 €, vous avez bien lu, presque dix mille € ! Ramené au carat, c'est le diamant le plus cher du Monde. Contrairement à mon modèle, il n'est pas disponible et doit être commandé ! 

Corps minéral taillé à la main etc., etc.

Prix 9 990 €

Koetsu-Azule-Platinum_P_600

 

Monture 1/2" - Bobine mobile

Construction
Corps : dumortiérite polie
Câblage de la bobine : cuivre 6N plaqué argent
Aimant : terre rare/alliage au platine (platinum magnet), technologie propriétaire
Cantilever : Bore

Mesures
Tension de sortie : 0,3 mV
Bande passante : 20 Hz - 100 000 Hz
Séparation des canaux : 25 dB / 1 kHz
Impédance interne : 5 ohms
Équilibre des canaux : 0,5 dB / 1 kHz
Charge recommandée : 30 ohms

Généralités
Poids de la cellule : 12,5 g
Compliance : 5 x 10-6 cm/dyne à 100 hz

Posté par Mon bobato à 13:33 - Commentaires [1] - Permalien [#]
03 avril 2016

Piqûre de rappel !

 

Indoor Bercy 2016

BERCY 2016

22 ans après, nous voilà de retour à Bercy pour le funboard indoor, et revivre pratiquement la même chose !
Comme j'avais appris que les "légendes" telles que Robby Naish, Robert Tériitéhau, Erik Thiémé étaient présents, à l'origine de l'événément et de surcroît participaient aux épreuves, je n'ai pas hésité à m'y rendre avec Sylvain qui m'avait déjà accompagné en 1994 !
J'ai regretté de ne pas avoir pris ma caméra HD car nous étions bien placés et la qualité de la vidéo ci-dessus prise avec mon smartphone est de piètre qualité. La photo à l'entraînement a été en revanche récupérée sur le site de l'outdoor de France.
Pour le show.... Sans doute l'exiguïté relative du bassin et un vent artificiel n'ont pas permis aux champions de réaliser des exploits, surtout pour les sauts "périlleux" qui le furent au sens propre !
Comme en 1994, nous avons quitté les lieux avant le podium pour éviter l'affluence au parking du POPB à l'époque, et cette fois-ci simplement à la sortie.
A l'origine le POPB était conçu pour être "rempli" et "vidé" de ses visiteurs en un temps record grâce à ses multiples accès. Depuis quelques années et surtout depuis les derniers attentats, seule l'entrée principale est accessible. J'imagine qu'en cas d'évacuation d'urgence, toutes les issues sont libres !

 

 

 

 

 

Posté par Mon bobato à 15:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
11 mars 2016

Suite à "la fin justifie les moyens"

 

 En complément de mon article du 8 février, voilà l'impact réel d'un paquebot à Venise, sans truquage ! Vous remarquerez la distance raisonnable  qui le sépare de la rive, et ses "remous" quasi inexistants en comparaison avec ceux des deux vedettes le croisant ! Au premier plan la vedette navette privée pour rejoindre notre hôtel sur l'ile San Clémente.

Posté par Mon bobato à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Obsolescence programmée

funimages

Il est temps de renouveler mon ordinateur portable ! Bientôt 10 ans, disque dur saturé. Incompétent pour supprimer des fichiers installés automatiquement (plus de 80 applications lancées au démarrage ! lesquelles conserver etc.? ) je devais attendre 15 bonnes minutes pour avoir la main après, non pas son arrêt, mais sa mise en veille prolongée. Dépourvu d'un processeur graphique, la lecture de vidéos HD était fastidieuse, je ne vous parle même pas du traitement de celles-ci ! De plus mon ordinateur ne reconnaissait plus les cartes mémoire SD nouvelle génération, trop rapides, et je ne pouvais donc plus récupérer mes vidéo, tout du moins facilement. Donc me voilà  en quête d'un ordinateur avec processeur graphique. Laissons tomber les outils destinés aux spécialistes en la matière. Depuis l'avénement des jeux vidéo beaucoup d'ordinateurs répondent au besoin. Les vendeurs des grandes enseignes vous dirigent d'office, une fois votre besoin exprimé, vers du matériel haut de gamme, sans vous cacher leur "obsolescence programmée" dans les 3 ans ! Mon choix s'est porté sur un matériel plus modeste, de marque connue, je veux dire qui était réputée, mais qui ne veut sans doute plus rien dire, un "HP" ! Pour le moment ce nouvel ordinateur ne met que quelques secondes pour être opérationnel après sa mise en marche ! Il lit les fichiers vidéo HD sans passer par le logiciel fourni avec la caméra ! Ha !  j'ai aussi  une caméra intégrée et  je vais pouvoir enfin communiquer sur "Skype" !

          

Posté par Mon bobato à 10:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 mars 2016

Dur..dur ! mais sympa !

Passez la souris sur les photos, une légende apparaîtra .

Vue du Spot face au centre de voile

Mise à niveau pour mon esprit et pour mon corps ! Le kite-surf appelé communément "Kite" était quand je l'ai découvert, il y a plus de douze ans, une alternative à la planche à voile (funboard) quand le vent n'était pas suffisant pour s'adonner à des "run" grisants. Bien que j'avais depuis observé que le kite se pratiquait aussi avec des conditions de vent semblables à celles du funboard, je ne l'avais pas intégré dans mon esprit, mais  maintenant j'en suis convaincu après notre stage Eva et moi dans le sud marocain  à Dakhla (se prononçant "Darla") (Sahara occidental).

Camp Dakhla Attitude vu de la lagune à marée basse.

 J'avais en 2003 pendant un stage de funboard en Corse (vent à peine suffisant à ce moment là) observé de loin  (et parfois de près) les cours prodigués aux  stagiaires d'une session de kite. Théorie au tableau, préparation de l'équipement et instructions du moniteur. Le dernier jour, vraiment pas assez de vent pour la planche à voile mais suffisamment pour gonfler les grandes ailes de kite. Une personne qui avait son équipement personnel et que j'ai aidé à sa préparation me confie son aile que par les instructions et observations  retenues, j'arrive à faire évoluer. Comme les conditions étaient loin d'être extrèmes, et dans une zone où l'on avait de l'eau à la ceinture sur 1 km, je tente deux bords aller-retour de 50 m, pas très détendu mais avec succès. Voilà mon expérience. Eva, quant à elle, n'avait pas finalisé son stage en 2007 (faute de vent !)  et avait eu l'occasion de réaliser quelques bords, quelques années plus tard, avec des conditions de vent raisonnables.

Camp de plus près

Cette fois, c'est une autre histoire ! Vent force 5 avec rafales à 7 ! Certes, on utilise des ailes de  plus petites surfaces, mais les lois de la physique les rendent plus nerveuses, donc plus délicates à contrôler. Ne voulant prendre aucun risque, j'ai décidé de reprendre les cours au tout début, ce qui contraria Eva dans un premier temps, et si par bonheur on n'avait pas trop perdu de nos acquis on pourrait toujours sauter les étapes ! Eh bien non ! Déjà les mauvais réflexes le premier jour. Ensuite, comme je l'ai mentionné, ces petites ailes sont très rapides dans les manoeuvres et nécessitent une certaine dextérité que l'on n'avait, non pas perdue, mais jamais eue. De plus avec ce vent, les évolutions sur le sable n'étaient pas très aisés. Dans l'eau curieusement ça se passait beaucoup mieux, heureusement ! La zone réservée  aux cours était assez éloignée du centre de voile et l'atteindre  avec  tout l'équipement en marchant face au vent  dans un sable mou,  était déjà très éprouvant. La fin de la préparation de l'équipement permettait de reprendre un peu son souffle!

Equipements Centre de voile

J'ai pris du retard par rapport à Eva car j'ai dû à deux reprises faire un aller-retour au centre pour changer d'aile, une que j'avais éclatée, l'autre qui s'était déchirée, toute seule ou peut-être avec une petit coup de pouce de ma part. J'ai eu du mal au début avec la nage tractée alors qu' Eva y parvint sans difficultés l'ayant déjà pratiquée en 2007.Je me retournais comme une crêpe dès que je  la tentais. Le moniteur  ne me précisa que le lendemain enfin la bonne technique à adopter, plus attentif à la progression d'Eva qu'à la mienne.(je me demande bien  pourquoi ?). Je gardais les jambes raides et serrées, pensant bien faire alors qu'il fallait les laisser traîner  légèrement écartées !
 

Petit coin à l'abri du vent au centre de voile.

Vous ne verrez pas de photos de nos "exploits", personne pour nous photographier et heureusement car nos casques ne nous avantageaient pas vraiment.

Sur la Dune Blanche

Cette semaine a été aussi fraîche. Pas plus de 21° au meilleur de la journée à l'abri du vent. Le matin et le soir, un bon pull et une parka n'étaient pas de trop. Les habitués avaient des tenues dignes des sports d'hiver !

Fabrication locale !

Raffinement dont Roche Bobois a dû s'en inspirer !

Ile du Dragon

Douche souffrée au centre de voile.

Stage kite avec option balançoire ?

Même là bas, une vie de chien ne veut plus rien dire !

Posté par Mon bobato à 18:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
08 février 2016

La fin justifie les moyens !

 

Voilà un adage qui ne m'avait pas au début troublé, car par naïveté j'interprétais "moyens" comme des actions louables et modulables en intensité (beaucoup de  moyens mis en oeuvre ... par exemple.) et non comme un choix d'une solution possible à un problème donné sachant que d'autres solutions existaient.  Exemple, de nouveau d'actualité (qui n'est qu'un exemple et qui n'est pas  de surcroît l'objet de mon article) : la réforme de l'hortographe (je crois qu'on l'écrit toujours comme ça !) Les français font de plus en plus beaucoup de fautes d'orthographe et aussi d'OK (je voulais dire "d'accord") ! Solution 1 : apprendre à écrire et à conjuguer (trop difficile !) - Solution 2 : simplifier l'ortograf (plus facile !) ....Les moyens emloyés pour arriver à ses fins, sont souvent des mensonges  " Qui veut tuer son chien ,l'accuse de la rage". 
Voici donc l'objet de cet article : la mauvaise fois partisanne ou la méconnaissance d'un sujet, ce qui est tout aussi inquiétant, surtout quand les faits sont relayés par les médias : voilà donc "Venise en péril !" C'est vrai que la cité des Doges est victime de son succès et les touristes sont pointés du doigt, surtout ceux d'un jour arrivés en paquebots ! Des milliers de touristes sont déversés pour la journée, parcourant au pas de course les vieilles ruelles, et en plus  ne consommant que très peu,  l'achat d'un petit souvenir "made in China", donc fabriqué dans leur pays pour la plupart  d'entre eux !
Avant de me rendre pour la première fois à Venise en 2014, j'avais découvert un reportage de 2012 à ce sujet relatant les faits, qui depuis ont fait l'objet d'autres et le dernièr en date, il y a seulement quelques jours. J'ai l'impression de revoir les mêmes images à chaque fois ! Les rédactions doivent racheter les mêmes documents et en réaliser un nouveau montage sans y avoir mis vraiment les pieds ! Je suis toujours méfiant quand la "preuve" est une photo ou même une vidéo.  "Photoshop" ou l'usage des illusions d'optique, photos tronquées, recadrages, des zoom etc. sont des méthodes malveillantes pour tromper votre opinion.

paquebot venise 1

Voilà le type de photos qui illustrent le sujet. Les vidéos, c'est la même chose, sauf que ça bouge (normal). J'ai immédiatement reconnu l'église San Giorgo Maggiore, en haut à droite de la photo. J'ai cru au début à un photo-montage, car cette église est située sur l'île éponyme séparée de Venise "principale" par les canaux "della Guidecca" à l'ouest et "di San Marco" à l'est, de 300 à 500 m de largeur ! J'ai retrouvé sur Google Earth à l'aide de l'alignement du "clocher" avec le dôme,  l'endroit de la prise de vue. Difficile, je cherchais désespéremment le canal, en bas de la photo, donnant sur celui "della Guidecca". Là encore on est trompé par le zoom, car c'est toujours  le canal "della Cuidecca" dont la courbe est accentuée par la prise de vue !  Plus d'un kilometre  sépare  l'église  du jardin en bas à gauche de la photo ! Sacré zoom ! Belle illusion !.
 Ces "maxi paquebots" sont accusés de dégrader par leurs remous les fondations de la cité lacustre. Paradoxalement ils évoluent à  petite vitesse, sans aucun remous, assistés par un  remorqueur à l'avant et un autre à l'arrière. Je crois que depuis le naufrage du "Concordia" l'assistance des remorqueurs est obligatoire !.On peut s'imaginer la catastrophe si un de ces géants rompait sa remorque ! Des remous, il y en a certes, mais provoqués par les "vaporeto" (bateau- bus) ainsi que par toutes les autres embarcations liées la vie économique, livraisons, services, entreprises etc. Il est évident que sans le tourisme il y aurait moins d'activité, donc moins de remous !
Que l'on ne se trompe pas, je ne suis pas favorable à la présence de ces paquebots dont la pollution visuelle enlève une partie de l'autenticité de Venise. Le temps où seules les gondoles et les vedettes en acajou faisaient partie du paysage est définitivement révolu.

 Difficile de s'indigner du tourisme de masse, alors on trouve un "bon" argument pour essayer d' y remédier !

Posté par Mon bobato à 15:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 janvier 2016

Chaud froid !!

Climat chaud ou froid _

 Fin de l'été, fin de l'automne et début de l'hiver bizarres dans l'hexagone ! A part en gastronomie et pour les amateurs de sauna, le chaud/froid n'est pas trop apprécié ! C'est pourtant ce que nous a réservé le climat depuis la fin de l'été. Pour les vacances de Noël, la recherche d'un froid ou d'une douce chaleur bien normatifs nous paraissant indispensable, le choix pour ceux qui n'avaient pas réservé de longue date s'est porté sur la destination "soleil", la neige faisant défaut sur nos sommets ! Les Caraïbes restent toujours la destination idéale, mais pour un voyage moins long, le Cap vert, et le sud Marocain répondent bien à nos attentes.

Agadir fut notre choix. On surveillait sur le web la météo qui restait prometteuse. Arrivés sur place en milieu de matinée, la petite laine indispensable trois heures plus tôt à Orly fut vite rangée dans le "bagage à main" non pas pour la semaine mais jusqu'au soir ! En effet les soirées furent "fraîches" ce qui ne m'a pas surpris car c'était déjà le cas cet été aux Canaries situées pas très loin d'Agadir.

Bien que donnant sur la plage, le Club ne propose pas de sports nautiques ! Je l'avais remarqué sur leur catalogue et j'avais cherché d'autres prestataires à Agadir sur le Net sans pour autant les contacter. Sur place, il est vrai que ce n'est pas la saison, pas beaucoup d'activité, un ou deux surfeurs et Kiteurs qui avaient leur équipement perso. Pour le Kite et le windsurf, quelques spots étaient indiqués mais  situés à au moins une heure de voiture ! L'eau à 15° ne m'a pas motivé pour y aller jeter un coup d'oeil ! 

Couché de soleil Agadir

Par précaution ou intuition, j'avais emporté deux romans que l'on m'avait offerts pour Noël. Deux gros bouquins, mais un troisième n'aurait pas été de trop. Non je ne me suis pas du tout ennuyé, une bonne marche sur la plage les deux premiers jours et ensuite lecture et repos ! Le quatrième jour, initiation au golf en fin de matinée. C'est quand même la spécialité  de ce "village" avec l'équitation et le tennis. Bilan ? Intéressant et comme je me l'étais imaginé, très technique. J'ai quand même, réussi à me faire une ampoule à un doigt !

Ci-contre le couché de soleil vu chaque soir de ma chambre à ne pas rater, ça ne dure que 30 secondes !

Posté par Mon bobato à 11:32 - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 décembre 2015

T'es cuit Bernard ! Bien mal acquis ne profite jamais !

Bernard l'hermite

Squatter à ses risques et périls, ce n'est pas l'histoire de Bernard Tapie mais de Bernard l'hermite ! En attaquant mon dernier bulot je m'apperçois d'un petit morceau de carapace qui dépassait au niveau de l'orifice. Je l'extrais en pensant à un minuscule crabe, mais ce fut un bernard l'hermite (ou "ermite") qui apparut. Je n'en avais jamais vu en réel. Je fus surpris par son abdomen mou dépourvu de carapace. C'est sans doute pour cette raison qu'il se protège en squattant des coquilles vides souvent de bulots dans nos régions. Il s'arrange aussi pour choisir un abris suffisamment grand pour s'y réfugier en entier  et c'est pour cela que sa présence échappe au ramasseur de bulots si ce dernier ne vérifie pas la présence de l'opercule.

La morale de cette histoire  : " bien mal acquis ne profite jamais".

 

Posté par Mon bobato à 16:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2015

"Grand-Père" sait faire du bon café ...!

Syntia

Cinq ans déjà que cette machine à expresso automatique me fait mon café. La formule "Nespresso" chère à Georges (What else !) et  très chère aux consommateurs, que j'utilisais avant et un peu moins depuis, sauf pour des saveurs "exotiques" et le décaféiné, a été remplacée par cette machine à café en grains achetée en Suisse et que depuis l'on trouve facilement dans l'hexagone. J'avais prévu son amortissement en deux ans environ pour un gros consommateur de café en comparaison avec le coût des capsules Nespresso. Tout dépendra du prix du café que vous choisirez évidemment.(20€ le Kg max)
Il a fallu que la machine tombe en panne pour avoir enfin un bon café. En effet, la mouture réglée pourtant au plus fin ne l'était pas assez. L'utilisation possible de café moulu (mouture fine, dose par dose et non dans le bac comme pour le grain) me procure un café plus "corsé", mais la machine perd dans ce cas là tout son intérêt. Je pensais pouvoir y remédier, et cela nécessitait une intervention sur la machine, pour laquelle je n'ai pas eu l'envie de m'y lancer, n'ayant aperçu à priori aucune vis d'assemblage permettant le démontage ! Maintenant, elle est en panne, capteur du niveau d'eau HS, cycle bloqué ! Bien forcé de trouver les  vis dissimulées pour avoir accès au mécanisme, je découvre que peux modifier facilement le réglage de  la mouture. Ne me faisant aucune illusions sur la disponibilité des pièces de rechange, je neutralise le capteur de niveau d'eau avec le risque de détériorer la pompe si je laisse le réservoir se vider complètement ! Je remonte la machine, tiens, il me reste une vis ...! Machine remontée, je me fais un café avec le nouveau réglage de la mouture. Miracle, enfin un bon café !
J'ai été surpris par la petite quantité de café que contiennent les capsules Nespresso et ses "génériques". J'en ai "disséquée" une pour comprendre. Quatre à cinq grammes de café seulement alors que j'utilise au moins le double avec ma machine pour avoir en définitif un café deux fois moins fort ! Trouvez l'erreur ! Tout simplement, les capsules contiennent du café moulu très fin ainsi que des concentrés qu'ils appellent "arômes", Nescafé et Nespresso étant évidemment la même maison ! Il fallait le dire !
 Tout compte fait, après une recherche sur Internet, je trouve le schéma détaillé de la machine, la référence des pièces détachées et un revendeur pour ces dernières. J'en profite pour commander du détartrant avec le capteur niveau d'eau (type capacitif, pour les connaisseurs!). Je l'ai reçu hier soir, remonté ce matin et découvert l'emplacement de la vis qui m'était restée. Je ne l'ai pas en définitif remise en place, car son absence m'a beaucoup facilité  le démontage de la machine !

Posté par Mon bobato à 19:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 novembre 2015

La filière Moldave !

Vol de moteurs hors-bord_ Vol de moteurs hors-bord_ Trois Lituaniens ___

Le mauvais temps est l'allié des malfaiteurs ! Par fort orage, le vacarme du tonnerre, la pluie battante couvrent largement leurs agissements (porte défoncée, circulation des véhicules etc.). Pas beaucoup de témoins, surtout  quand leurs méfaits se déroulent en pleine nuit.
Fin juillet, un ami plaisancier de Port Saintry m'emprunte des outils pour monter la rampe d'éclairage (plaque d'immatriculation) sur sa remorque. En principe, pas besoin d'outils, sauf que là c'était une adaptation, l'originale avait disparu ! Plusieurs rampes ont été dérobées à ce moment là. Chaque saison, je retire la mienne et l'entrepose dans mon garage pour éviter son démontage à chaque mise à l'eau et avec peut-être l'arrière pensée de décourager les voleurs qui même en équipant la remorque avec une autre rampe ne fonctionnerait pas, car la mienne n'a pas un raccordement standard !  D'ailleurs, Port Saintry est protégé par des barrières infra-rouge et des caméras de surveillance, mais bon ! 
Je n'ai pas été curieux à ce moment là d'en savoir plus sur ces vols, mais il y a 15 jours, comme un plaisancier fixait solidement sa remorque et son bateau aux poteaux du auvent sous lequel il était abrité,  je l'interrogeais sur ses précautions. Il me révéla les vols de bateaux du mois de juillet pour lesquels les responsables de Port Saintry n'ont pas fait beaucoup de publicité !! Tout devenait limpide : le vol des rampes d'éclairage, la barrière brisée (soit disant par une voiture qui ne s'était pas arrêtée à temps) et l'absence du magnifique bateau de wake Axis que je n'avait pas vu de la saison et pour cause !
Ça c'est passé une nuit d'orage. Le constat et l'alerte donnée le lendemain matin donc un peu trop tard, les bateaux étaient déjà loin. Les caméras ont bien filmé la scène mais les alarmes associées, perturbées par la forte pluie n'ont pas été prises en compte (beaucoup de fausses alarmes avant même l'intervention des malfaiteurs ... au loup  au loup !!....).

 

AXIS

Quatre véhicules (volés sans doute peu de temps avant)  occupés par des individus  cagoulés se sont introduitsaprès avoir forcé le portail et brisé la barrière.  Les malfaiteurs savaient très bien ce qu'ils étaient venus chercher et où le trouver. En moins d'un quart d'heure ils avaient fini leur besogne. Trois bateaux semi-rigides (pneumatiques) récents et l'Axis (photo ci-contre)  avaient disparu. Coup bien préparé.

Cette mésaventure est loin d'être unique. Tous les ports de plaisance et chantiers navals en sont victimes. Les malfaiteurs opèrent sur commandes pour le compte de clients des pays de l'Est ou du Maghreb. La photo au début de l'article montre des moteurs hors-bord, numéro un des vols, retrouvés dans une camionnette, butin de trois Lituaniens (loin de la Moldavie mais aussi ex Union Soviétique). Ils agissent très vite, bien organisés et bien outillés. Une chaîne ou un cadenas ne résistera pas plus de quelques secondes, mais pour votre assurance il est préférable de prévoir un  tel dispositif (avec facture) pensant décourager les malfaiteurs, mais si c'est votre bateau ou votre moteur qu'ils sont venus chercher, ils repartiront avec mais ça vous permettra d'être éventuellement indemnisé par votre assureur !

 

 

Posté par Mon bobato à 13:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 octobre 2015

Attention aux doigts !

WP_20151022_001

WP_20151022_002

Vous trouviez pratiquement les mêmes photos sur ce blog  l'année dernière à la même époque ("Marée noire sur la Seine").  La différence, c'est que c'était moi qui avais les outils à la main. Opération "hivernage". Démontage de la tour de wake pour commencer afin d'amener le bateau à ses quartiers d'hiver (hauteur sous plafond).
Eva, passionnée d'automobiles, l'est moins en ce qui concerne la mécanique ! Pourtant toute petite , suçant son pouce et avec son doudou à la main,  elle observait très attentivement mes interventions en mécanique ou mes travaux à la maison. Elle connaissait le nom de beaucoup d'outils et de matériaux. Lors de la pose d'un tableau ou d'un carrelage mural, elle vous faisait remarquer les deux millimètres de travers ou le joint légèrement différent des autres !!  
Le montage intuitif des "Kinder surprise" était un "jeu d'enfants", (façon de parler) pour elle, alors que beaucoup de parents avaient des difficultés à le faire, même avec l'aide du croquis ! 
Aujourd'hui, Eva découvre la clé à cliquet et autres outils qu'elle aurait pu connaître depuis longtemps, mais sa passion pour l'automobile s'est limitée depuis à la version "clés en main".(pas l'outil !)

Au programme cet hiver, la réparation de la sellerie qui a quelques petits accrocs,  le lustrage de la coque, l'entretien du moteur et  la révision de la remorque.

Le bilan de la saison est assez mitigé. Nous avions espéré jusqu'à la semaine dernière un sursaut de l'été mais en vain, l'automne est bien là. Le début fut prometteur avec une bonne fréquentation, mais comme à l'accoutumé, c'est de fin août à début octobre que l'on a le plus de candidats. C'est raté cette année, comme les "ratés" du moteur qui nous privèrent des meilleures journées fin août, puis ensuite, l'été indien qui n'était pas au rendez-vous. Bon, prenez des forces cet hiver et rendez-vous maintenant à l'année prochaine !

Posté par Mon bobato à 20:40 - Commentaires [2] - Permalien [#]