Samedi 4 juillet, fête nationale certes, aux Etats Unis d'Amérique, mais aussi pour moi un retour 47 ans en arrière vers un lieu que je fréquentais l'été autour de la piscine et l'hiver des patins à glace aux pieds; la piscine Molitor !.
(voir la présentation et la vidéo sur www.mltr.fr .)

MOL 6

Il y a quelques temps  j’apprenais par un reportage TV ou une revue que la piscine Molitor avait repris du service, après 25 années laissée à l’abandon, en devenant un hôtel  5 étoiles.

- Je n’avais pas noté que l’édifice avait été complètement rasé, (procédure peu ordinaire pour un monument classé) mais plutôt pensé à une restauration. Pour lui donner  sa nouvelle destination, on le comprend après, la démolition était indispensable. A part l’extension en hôtel,  l’édifice a été reconstruit, tout du moins en apparence, conforme à l’original. C’est vrai, la vue de l’extérieur  n’est pas très heureuse, ce n’était pas ce qui se faisait de mieux dans les années 20, avec l’emploi du béton, **mais il avait été construit à l’époque non pas pour devenir un lieu « branché » qu’il est vite devenu ensuite, mais pour  équiper  Paris de piscines qui faisaient défaut**.

**La défaite de Sedan en 1870 puis  la première guerre mondiale a démontré qu’il fallait doter  Paris, et la France en général, d’équipements sportifs.
Nos soldats de l’époque étaient robustes, résistants, en grande majorité d’origine paysanne, mais pas très sportifs, ce qui face aux  Prussiens avec une culture sportive, avait posé quelques problèmes.  Du coup, les sports ont été à l’époque sous la tutelle du ministère de la Guerre !**
Bon, laissons Bismarck, Napoléon III, Gambetta, Pétain, pour Hollande,  disons plutôt **Delanoë qui fut « l’instigateur » du projet**. (Plouf, plouf, je veux refaire trempette !)-
**(informations recueillies dans la revue relatant l'histoire de Molitor de l'origine à nos jours)

Je fis donc la remarque à Béatrice de l'envie d’y refaire un petit tour à l’occasion. Mes propos ne sont pas tombés dans  «l’oreillette d’un sonotone » (version actualisée de «l’oreille d’un sourd »), et me voilà, dans un scénario « voyage en terre inconnue », non pas pour la destination, mais pour la surprise, transporté à .......  une vingtaine de kilomètre de chez moi, avec un bond en arrière de presque un demi-siècle !
J’ai  deviné cinq minutes avant notre arrivée l’endroit où Béatrice m’emmenait  (un maillot de bain dans la valise m'avait donné un indice) et reconnu tout de suite le lieu alors que Béatrice ne s’attendait pas à voir ce bloc de béton ocre !

Bassin d'hiverLe lobby avait conservé, plutôt fait un clin d’œil, au passé «underground » des 20 dernières années du lieu fréquenté par des "artistes" disent-ils. Rolls-Royce Corniche taguée (voir la vidéo www.mltr.fr) etc. Le bassin d’hiver, je pense, a été reconstruit à l’identique, (mosaïque et verrière). Le bassin d’été (patinoire l’hiver) m’a paru plus enclavé, ce qui est le cas, par les deux niveaux supplémentaires de l’hôtel  et le fait que les cabines du premier et du second niveau sont plus rapprochées du bassin, pour laisser de la place aux chambres. Les cabines sont factices. Le premier étage sert de locaux techniques. Les chambres du troisième et du quatrième (surélévation de l’origine) sont construites dans un style contemporain.

 

Devant les cabines factices

Hôtel  5 étoiles ? Pas ce week-end !!  Les hôtesses étaient aimables et à votre écoute. En revanche, le service en restauration et bar, à part les chefs de rang et les maîtres d’hôtel,  laissait à désirer. Personnel saisonnier  peu qualifié, maladroit et sans doute  en manque d’effectif. Les cendriers trainaient sur les tables sans être vidés régulièrement, voire pire ! Les chambres de bonne facture (à tous les sens du terme) étaient propres, mais les finitions (nettoyage après travaux) laissaient à désirer. (traces de peinture sur les plinthes et de ciment).

Hôtel *****, seuls les tarifs étaient à la hauteur !

Snack terrasse

Bassin d'été

Qualité ou quantité il faut choisir !