Contrairement à un voilier, sur un canot à moteur, tout du moins sur le mien, quand vous ouvrez la cale moteur ou vous soulevez le plancher du cockpit,  vous ne découvrez pas la coque mais un doublage (contre-coque) ! Qu'y a-t-il entre ce doublage et la coque ? Injection d'un produit pour rendre le bateau insubmersible? Pas sûr ! En revanche, beaucoup de place perdue et moins d'accessibilité pour les interventions sur le moteur !

Mon projet, dans le cadre de l'installation de la douchette sur la plage de bain, était de faire passer les tuyaux du réservoir (ballast) de l'avant à l'arriere par la cale. Pour ce faire, il faut démonter une partie du plancher du cockpit ce qui me donnera l'occasion du coup de jeter un coup d'oeil au réservoir d'essence. Un joint silicone rend solidaire cette partie au reste du plancher, l'opération ne devrait pas être trop difficile. Déjà avec l'espoir d'y trouver un nouvel espace pour y entreposer quelques accessoires, j'envisage même  la transformation en trappe avec la pose de charnières, d'une poignée, voire de vérins !
Je n'avais pas pris la peine avant de commencer l'intervention de nettoyer le cockpit de la boue laissée lors du montage de la bâche de l'abri, le bateau ayant servi d'échafaudage pour l'opération. Après le démontage de quelques vis qui bridaient l'arrière et l'élimination du joint en périphérie de celui-ci, à l'aide d'un levier j'essaie de soulever le plancher ; rien ne bouge ! Le joint sur une profondeur d'au moins 3 cm n'a pas pu être enlevé entièrement, car pas très accessible par l'espace (jeu) de seulement 5 mm. J'applique dans l'espace libéré par le joint un produit nettoyant (solvant ou ramollissant) pour enlever les restes de silicone. Une bonne journée pour laisser agir le produit et toujours rien ne bouge ! Si je ne voulais pas vérifier le réservoir, j'aurais renoncé, mais ce dernier nécessite peut-être un nettoyage (dépôts). La partie arrière du plancher qui remonte servant en partie de support à la banquette  est équipée de 2 grilles d'aération que je démonte, les orifices me permettront une prise pour soulever. Bon, à la force de mes petits bras rien ne se passe, bien sûr !

sangle

Je vais donc utiliser la tour de wake comme palan, avec des sangles à cliquets terminées par des crochets. Dès la première sangle au maximum de  tension, l'arrière commence à s'entrebailler ! J'en rajoute une deuxième, une troisième puis une quatrième, le plancher finit par céder après quelques craquements. En effet, quelques points de colle avaient été appliqués au montage avant la pose du joint !

WP_20190323_001

Tout ça pour rien,  pas de cale, simplement un  beau logement pour le réservoir et donc pas d'accès vers l'avant ! Par les inscriptions en relief, j'ai enfin fini par connaître la capacité du réservoir !

reservoir

Plusieurs "bouchons" opercules plastiques apparaissent  en plusieurs endroits sur la contre-coque. J'en "décolle" un, et ce sont bien des orifices pour l'injection de  la mousse polyuréthane entre la coque et la contre-coque. Mon bateau serait-il donc insubmersible ! .
Remontage de la "trappe" avec cette fois ci un joint de pas plus d'un cm de profondeur afin de faciliter un éventuel futur démontage.

Voilà pour la première étape, qui ne fut qu'une étape "découverte ".