Voilà la partie pare-brise recousue avec la première partie du cockpit. Afin de mieux présenter l'ensemble la seconde partie du cockpit est rajoutée et un essayage est effectué avant de réaliser la couture rabattue. Je repère encore un pli différent de celui de l'autre fois mais  pratiquement au même endroit. Je le corrige toujours à l'aide de l'agrafeuse et rentre réaliser la retouche. Comme l'autre fois je réalise les coutures rabattues avant de vérifier la retouche, mais cette fois ci, je ne coupe pas le surplus. Nouvel essayage, parfait ! Il faut dire que la couture des rabats sur la pièce de tissus de 2,50 m de large et  de plus de 3 m de long n'a pas été facile car il a fallu faire passer au moins 1,5 m de tissus sur 2,5 m de long entre l'aiguille et le corps de la machine ! Enroulé pour prendre le moins de place possible, mais je ne m'en suis pas aperçu tout de suite, quand je poussais le tissus pour garder la trajectoire, c'était la machine qui tournait d'où certaines coutures très hasardeuses. Ayant identifié le problème j'ai bloqué la machine à coudre sur la table. Montage des oeillets sur l'avant afin de pouvoir bien tendre la toile sans l'abimer, pour définir les contours du cockpit.


Pare brise taud

Grâce aux fixations définitives du bas de pare-brise, on peut maintenant bâtir à l'aide d'agrafes les contours latéraux du cockpit.
L'ourlet latéral fut un jeu d'enfants, d'une part la machine était cette fois-ci bridée sur la table, et peu de tissus d'un coté de l'aiguille, 5 mm puis 4 cm  mais quand même de l'autre coté plus de 2 m de largeur sur une longueur de 3 . Des oeillets seront posés le long de l'ourlet qui serviront à terme de fixation et pour l'heure permettront une bonne tension du taud afin de définir la découpe arrière. Malheureusement ces oeillets plus petits que ceux du pare-brise n'étaient pas disponibles chez le shiplander, absents du rayon depuis au moins 15 jours et donc commandés. Pensant les avoir sous quelques jours, la boutique m'annonce huit jours plus tard un délai de 15 jours supplémentaires. Sur le site Internet de l'enseigne, le produit est disponible !
Il me reste à peine deux heures de travail et me voilà bloqué pour des oeillets.
J'ai aussi commandé des pressions d'un prix imbattable en laiton / inox ? apparemment en Chine. J'en plongerai une dans de l'eau + acide pour voir son comportement à la corrosion ! Une fois que le taud aura bien pris sa place à la fin de la saison, il sera possible que je les monte, sachant qu'en principe il en faut un  tous les 20 cm . Elles pourront aussi remplacer le velcro que j'avais envisagé pour rendre les sièges déhoussables. 

Fourreau 

En attendant les oeillets, confection du fourreau pour la perche qui maintiendra le taud surélevé pour faciliter l'écoulement de l'eau de pluie. Il sera fixé sous la toile, normalement cousu, mais je crains que cela ne soit plus possible. Il aurait fallu qu'il fût cousu avant l'assemblage des trois parties. Réalisation peu soignée, la machine n'y étant pour rien, je n'ai même pas tracé la couture circulaire, même pas pris la peine de prendre une règle, une équerre et un compas ! Bon , il ne se verra pas. Je me demande si initialement je n'avais pas en tête de faire un essai conceptuel et de faisabilité, mais le produit prenant forme, je l'ai gardé tel quel ! J'espère que ce n'est pas un début de lassitude et que je ne manquerai pas de soigner la suite et  fin !  

Le muguet du 1 er mai n'a pas pu remplacer les oeillets, c'est cloche ! clochette devrais-je dire !